Les robots aussi croient à l’amour fou – Luc Giard et Jean-Marie Apostolidès

Ce roman graphique a été publié en 2017 aux éditions Les Impressions nouvelles.

Les robots aussi croient à l'amour fou par Giard

Résumer :

Johnny Bing est un robot mutant créé par Marvel Laboratories en Californie. Le désir de s’intégrer aux hommes est plus développé chez lui que chez d’autres machines, mais son comportement excessif l’empêche de mener à terme sa transformation. Incapable de contrôler sa violence, il devient un tueur en série, bientôt recherché par la police. Il fuit d’abord à Boston puis en France, afin d’échapper aux recherches et de refaire sa vie.

 

Ce que j’en ai pensé :

Pour commencer, j’aimerais remercier l’opération Masse Critique qui m’a permis de recevoir ce roman graphique !
Maintenant, passons aux choses sérieuses.
Les robots aussi croient à l’amour fou est une oeuvre tout à fait particulière qui ne pourra pas être mise entre les mains de tout le monde. Je pense qu’elle doit faire partie de ses œuvres où, soit on adhère, soit on n’adhère pas.
Je dirais que je fais partie de la première catégorie, j’ai beaucoup aimé ce roman graphique. On y trouve une ambiance angoissante, un mal-être constant qui est renforcé par les illustrations particulières que l’on peut avoir du mal à apprécier. C’est abstrait et on peut en avoir un peu peur, ce qui fait tout le charme du graphisme !
L’histoire est très intéressante, on peut y voir une sorte de dystopie, un roman d’anticipation sur notre relation avec les intelligences artificielles et toutes ces nouvelles technologies qui pourraient nous mener à notre perte.
Les personnages ne sont en aucun cas attachant, toujours dans le mal-être mais c’est ce qui les rend intéressant et nous donne envie de les connaître mieux et de les suivre dans leurs objectifs.
Cependant, je dois avouer que je n’ai pas compris tous les détails de l’histoire. En effet, j’ai trouvé certaines parties assez floues et pas assez expliquées (peut-être était-ce un effet désiré, je ne sais pas ?), ce qui m’a un peu gâché ma lecture.
Mais dans l’ensemble, j’ai adoré et ne regrette pas de m’être inscrite à l’opération Masse Critique !

Publicités

Expiation – Ian McEwan

Ce roman a été publié en 2001 chez Folio et a été adapté au cinéma par Joe Wright en 2007 sous le titre Reviens Moi.

Expiation par McEwan

Résumer :

Sous la canicule qui frappe l’Angleterre en ce mois d’août 1935, la jeune Briony a trouvé sa vocation : elle sera romancière. Du haut de ses treize ans, elle voit dans le roman un moyen de déchiffrer le monde. Mais lorsqu’elle surprend sa grande sœur Cecilia avec Robbie, fils de domestique, sa réaction naïve aux désirs des adultes va provoquer une tragédie. Trois vies basculent et divergent, pour se recroiser cinq ans plus tard, dans le chaos de la guerre, entre la déroute de Dunkerque et les prémices du Blitz. Mais est-il encore temps d’expier un crime d’enfance ?

Ce que j’en ai pensé :

Lu dans le cadre de mon cours de cinéma et littérature anglaise, je dois bien avouer que je n’ai pas tellement accrocher à cette histoire. Elle n’a pourtant rien de mauvais, les thèmes abordés comme le mensonge et la culpabilité sont très intéressants.
Mais j’ai trouvé que le roman mettait beaucoup trop de temps à se mettre en place, la première partie méritait au moins 50 pages de moins je pense.
De plus, je n’arrivais pas m’attacher aux personnages. Ils n’avaient pas des réactions naturelles je trouve, tout était trop poussé et cela est bien dommage car, encore une fois, les thèmes de ce roman promettait une véritable réflexion sur les conséquences de nos actes.
Cependant, je ne peux pas reprocher la qualité de la plume de l’auteur, tout était bien décrit même je ne comprenais pas toujours où il voulait en venir.
En bref, on pourrait dire que j’ai trouvé le roman brouillon. Des thèmes intéressants mais une narration bancale qui ne permettait pas de se rendre compte de la véritable qualité de l’histoire. Dommage !

Cold Winter Challenge ! Edition 2017

Coucou les petits lapins ! Après avoir réussi (même si ce n’était pas le but premier), mon Pumpkin Autumn Challenge, j’ai finalement décidé d’enchaîner avec le Cold Winter Challenge. Tout comme le Pumpkin Autumn, ce sera la première fois que j’y participe.

Le principe est le même, plusieurs menus qu’il faut valider tout en se faisant plaisir. Cette année, quatre menus étaient présentés mais j’ai décidé d’en choisir trois et de lire deux livres par menu. C’est parti pour la présentation de la PAL !

Menu 1 – La Magie de Noël

Résultat de recherche d'images pour "noel"

Le principe de ce menu est simple, lire un livre se passant dans la période Noël.

Livre 1 : Un serment pour Noël de Margaret Mayo. Oui c’est un Harlequin mais pour moi Noël, c’est la période des téléfilms M6 sans prises de tête et mignons xD. Cela mérite bien une lecture légère sans grands enjeux !

Résultat de recherche d'images pour "un serment pour noel"

Livre 2 : Joyeux Noël, Collectif. Toujours dans le même optique, je pense qu’un recueil de nouvelles reste quelque chose de léger en rapport avec ma vison de Noël.

Résultat de recherche d'images pour "joyeux noel folio"

Menu 2 : Flocons magiques

Résultat de recherche d'images pour "fond flocons de neige"

Le principe de ce menu est de lire un livre de fantasy/fantastique, parce que la période des fêtes est toujours plus ou moins magique ^^.

Livre 1 : La mécanique du coeur de Mathias Malzieu. Cela fait un petit temps que je veux le lire et en plus, cela parle de froid donc… c’est une bonne raison pour le sortir de la PAL!

Image associée

Livre 2 : La fille de Belle de Sophie Audouin-Mamikonian. Une petite suite de la Belle et la Bête dans l’univers de Tara Duncan, je me suis dit que c’était une bonne occasion de le sortir. Parce que oui, pour moi, la Belle et la Bête et tout ce qu’il y a à côté, sans doute à cause du Disney, il y a un rapport avec la neige.

Résultat de recherche d'images pour "la fille de belle"

Menu 3 – Marcher dans la Neige 

Résultat de recherche d'images pour "neige"

Pour ce menu, il faut lire du nature writing ou un livre qui se passe dans la neige, où un personnage ou quelque chose marche dans la neige.

Livre 1 : Croc-Blanc de Jack London. Une relecture pour le coup, tout comme le second que je vais vous présenter. Un nature writing se passant dans la neige, rien à dire de plus.

Résultat de recherche d'images pour "croc blanc"

Livre 2 : L’Appel de la forêt de Jack London. Pour les mêmes raisons que le premier !

Résultat de recherche d'images pour "l'appel de la forêt"

 

Bon challenge à tous !

Pumpkin Autumn Challenge 2017 – Le Bilan

Bon… cela fait déjà quelques jours que le challenge est fini mais avec la fac et les partiels, c’était très compliqué de vous faire cet article. Mais peu importe, passons au sujet !

J’ai réussi à lire tous les livres de ma PAL, ce dont je suis très contente. Pour une première participation à un challenge, je pense que cela est très bien ! Pour rappel, je devais en lire 6, deux par menu.

Commençons par parler des relectures. Dans le cadre de ce challenge, j’ai décidé de relire le tome 1 du Seigneur des Anneaux de Tolkien et les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë. Rien à redire, j’ai été de nouveau happée par ces deux histoires. L’une féerique, l’autre dévastatrice. L’une avec des descriptions magnifiques, l’autre avec des personnages plus sordides et passionnels. De véritables coups de coeur à la première lecture, et encore aujourd’hui la même impression !

Ensuite je vais aller crescendo et je vais vous parler de ma déception du challenge : Le rituel de l’ombre de Giacometti Ravenne. Une intrigue policière sans grande surprise avec des personnages peu travaillés avec des relations bizarres et mal exploitées. J’ai été très déçue parce qu’en général, j’aime beaucoup ce genre de roman sur les rituels franc-maçonniques, mais cela n’a pas suffit. Dommage !

Maintenant, passé cette déception, parlons un peu des romans que j’ai bien aimé. Il s’agit du tome 1 de L’épouvanteur de Joseph Delaney et Le Lecteur de cadavres d’Antonio Garrido. Le premier fut un roman de fantasy intéressant et sympathique que j’aurais sans doute encore plus aimé si j’avais été plus jeune et dont j’ai très envie de connaître la suite (même si le nombre de tome me fait frissonner un petit peu). Le second un roman sur l’honneur sur fond d’enquête policière qui nous mène dans la Chine du XIII siècle et qui nous en montre tous ses vices et ses coutumes particulières. Deux romans très différents que j’ai tout de même apprécier.

Puis pour finir, parlons de mon coup de coeur du Challenge ! Hollow City, le tome 2 de Miss Peregrine de Ransom Riggs. Ce ne fut même pas une surprise, j’ai dévoré ce roman! Tout comme le premier, je l’ai trouvé passionnant et particulier, mêlent aventures et émotions sur toile de particulier (sans mauvais jeu de mot). Je n’ai pas vraiment envie d’en parler plus (je pense qu’un article plus détaillé apparaîtra sur le blog) mais je préfère vous laisser découvrir cet univers ^^

Et voilà pour ce bilan ! J’espère que cela vous aura plus et qu’une deuxième édition de ce challenge sera au rendez-vous l’année prochaine. En attendant, je vais poster d’ici quelques heures ma PAL pour le Cold Winter Challenge qui a débuté le 1er décembre (oui je suis aussi en retard !).

Bonnes fêtes les petits lapins !

Le Prince – Machiavel

Ce livre a été publié pour la première fois en 1532.

Le Prince par Machiavel

Résumer :

Dédié à Laurent de Médicis, Le Prince est une œuvre nourrie par l’expérience d’ambassadeur de son auteur. Machiavel y définit les fins du gouvernement : sur le plan extérieur, maintenir à tout prix son emprise sur les territoires conquis ; sur le plan intérieur, se donner les moyens de rester au pouvoir. Parce que les hommes sont égoïstes, le prince n’est pas tenu d’être moral. Il doit être craint en évitant de se faire haïr par le peuple.

Ce que j’en ai pensé :

Ma critique arrive après toutes les autres et je ne peux rien dire de plus.
Ce traité qui traite (haha) du pouvoir est très intéressant. La manière de Machiavel d’expliquer est accessible, je l’ai lu dans le cadre du bac de philosophie.
On découvre des notions sur la monarchie, sur la république, avec des opinions très différents de ce qu’on aurait aujourd’hui. Les propos pourrait semblait un peu culotté aujourd’hui mais ils permettent de réfléchir, ce qui est important en philosophie !

Knock – Jules Romains

Cette pièce a été publiée pour la première fois en 1923.

Knock ou Le triomphe de la médecine par Romains

Résumer :

Le Dr Parpalaid a vendu au Dr Knock « une clientèle nulle ». Acceptant le défi, Knock brosse à ses interlocuteurs un tableau si invraisemblable de ses prétentions médicales que le Dr Parpalaid en arrive à se demander s’il est réellement médecin.

Ce que j’en ai pensé :

Ne me tapez pas ! Je n’ai pas apprécié cette pièce.
Je comprenais très bien où Jules Romain voulait en venir, et sa critique de la société est assez intéressante. Mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, je n’ai pas réussi à rire et je n’ai pas réussi à rentrer totalement dans l’histoire.
Dommage !

Le Misanthrope – Molière

Cette pièce a été jouée pour la première fois en 1666.

Le Misanthrope par Molière

Résumer :

Comment Alceste, qui n’aime que la vérité, la sincérité, la droiture, lui qui est la rigidité faite homme, comment a-t-il pu s’éprendre de Célimène, qui représente tout ce qu’il déteste: l’hypocrisie, la légèreté, le persiflage, les apparences? Il a pourtant bien succombé aux charmes de la jeune veuve, et voudrait qu’elle ne se consacre qu’à lui, qu’elle renonce à cette mondanité qu’il hait tant. Évidemment, elle n’en a aucunement l’intention: c’est tout l’enjeu de la pièce, qui orchestre le spectacle des bassesses, des manoeuvres, mais surtout des faiblesses des deux protagonistes. Difficile alors de dire qui a tort et qui a raison…

Ce que j’en ai pensé :

Quoi dire de plus que les autres ?
Ce n’est pas ma pièce préférée de Molière mais j’ai quand même pris du plaisir à la lire. Les personnages sont intéressants, les intrigues également et j’ai rit un peu, moins que d’habitude mais j’ai ri !C’est pour cela que j’ai été un peu déçue, sans pour autant passer un mauvais moment !

La ferme des animaux – George Orwell

Ce roman a été publié en 1945.

La Ferme des Animaux par Orwell

Résumer :

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Boule de Neige et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement:
“Tout deuxpattes est un ennemi. Tout quatrepattes ou tout volatile, un ami. Nul animal ne portera de vêtements. Nul animal ne dormira dans un lit. Nul animal ne boira d’alcool. Nul animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux.”
Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer :
“Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres.”

Ce que j’en ai pensé :

Ce petit livre va nous expliquer la montée d’un régime totalitaire (peut-être un parallèle avec le communisme ?).
Tout est intéressant, tout est bien expliqué. On voit comment les cochons commencent la révolution, comment ils prennent le pouvoir et comment ils en abusent.
Le schéma est assez basique mais il nous permet de comprendre comment ce genre de choses arrivent.
C’est très bien écrit et la critique politique est très bien amenée. Ce n’est pas lourd et on est pris dans l’histoire assez facilement. Cela se lit très vite.
En plus, les personnages sont attachants et cela nous permet de compatir à leur situation. Une bonne lecture qui amène à la réflexion !

 

L’écume des jours – Boris Vian

Ce roman a été publié pour la première fois en 1947.

L'Ecume des jours par Vian

Résumer :

Chick, Alise, Chloé et Colin passent leur temps à dire des choses rigolotes, à écouter Duke Ellington et à patiner. Dans ce monde où les pianos sont des mélangeurs à cocktails, la réalité semble ne pas avoir de prise. On se marie à l’église comme on va à la fête foraine et on ignore le travail, qui se réduit à une usine monstrueuse faisant tache sur le paysage. Pied de nez aux conventions romanesques et à la morale commune, L’Ecume des jours est un délice verbal et un festin poétique. Jeux de mots, néologismes, décalages incongrus… Vian surenchérit sans cesse, faisant naître comme un vertige chez le lecteur hébété, qui sourit quand il peut. Mais le véritable malaise vient d’ailleurs : ces adolescents éternels à la sensibilité exacerbée constituent des victimes de choix. L’obsession consumériste de Chick, née d’une idolâtrie frénétique pour un certain Jean-Sol Partre, semble vouloir dire que le bonheur ne saurait durer. En effet, l’asphyxie gagne du terrain, et l’on assiste avec effroi au rétrécissement inexorable des appartements. On en veut presque à Vian d’être aussi lucide et de ne pas s’être contenté d’une expérience ludique sur fond de roman d’amour.

Ce que j’en ai pensé :

Je suis désolée… mais je n’ai pas vraiment apprécier L’écume des jours.
Vian écrit très bien et il a une grande imagination : les inventions de Colin comme le pianocktail sont superbes, l’univers de ce roman est sympathique comme tout, mais je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire autour de l’univers.
Je n’ai pas réussi à être touché par l’histoire d’amour de Colin et Chloé et je n’ai pas réussi à apprécier les personnages de Colin et Chick. Je n’avais qu’une envie : les claquer ! Je ne les ai pas trouvé attachants du tout. Seule Chloé était un personnage sympathique pour moi, bien que je n’ai pas été touchée par tout cela.
Je suis un peu triste parce que ce roman est très bien écrit mais c’est juste l’histoire qui me gêne…
Une vraie déception pour moi.

Alice au pays des merveilles – Lewis Carroll

Ce livre a été publié pour la première fois en 1865.

Alice au pays des merveilles par Carroll

Résumer :

Assise au bord de la rivière, Alice s’ennuyait un peu quand soudain, venu de nulle part, surgit un lapin blanc pressé de regagner son terrier. N’hésitant pas à le suivre, Alice pénètre dans un monde de prodiges et de menaces qui n’est autre que le royaume de l’enfance. Et voici le chat de Cheshire à l’étrange sourire, la terrible Reine de Coeur, le Chapelier fou et le Lièvre de Mars, la Fausse Tortue et le Valet-Poisson…
Le chef-d’oeuvre incontesté de l’humour absurde et du non sens. Une histoire inventée par un génie, où la vie n’a plus ni queue ni tête.

Ce que j’en ai pensé :

Un livre pour enfant ? Un livre pour adulte ? Un livre sur l’enfant qui devient adulte ?
Ce sont toutes ces critiques qui m’ont poussé à lire ce petit classique.
Et je ne me suis pas ennuyée. Il n’y a aucun temps mort, les personnages sont très attachants. Certains nous font nous poser des questions (je pense notamment à la chenille) et cela donne une autre dimension à l’histoire, quelque chose de presque philosophique : « qui sommes-nous? « .
Toutes les aventures d’Alice ont une morale à la fin, ce qui donne un certain charme à l’oeuvre.
Je ne regrette donc aucunement ma lecture et j’ai passé un bon moment !